Enseignement du japonais : Lettre à François Scellier

Publié le par camille

Peu après l'annonce du projet de suppression du poste de professeur de japonais au lycée Camille Claudel de Vauréal, nous avons adressé le 3 mars 2008 un courriel à François Scellier, alors président du Conseil général du Val d'Oise et promoteur de l'enseignement du japonais à l'université de Cergy. Bien que nous n'ayons pas obtenu de réponse et que les dernières élections aient élu depuis Didier Arnal (PS) à la tête du département, nous publions ici cette lettre.
Un appel identique a été fait auprès de la responsable du LEA anglo-japonais de l'université de Cergy, auprès du chargé de mission de japonais à l'Inspection académique de Versailles, professeur à l'INALCO (Paris), et auprès d'enseignants de japonais en France qui, en nous donnant leur appui, nous ont confirmé que la situation était identique à travers toute la France, l'Etat voulant se dégager des (faibles) dépenses de l'enseignement du japonais en ne renouvelant pas les professeurs et en n'ouvrant aucun concours d'enseignement (CAPES et Agrégation). La priorité est donnée aujourd'hui à l'enseignement du chinois et la France estime que l'enseignement d'une langue asiatique suffit. Or l'enseignement du japonais est en pleine expansion en France, surtout dans le supérieur où les diplômés sont nombreux. Actuellement, il y a une tendance à faire supporter le plus possible de frais d'enseignement du japonais par le Japon. C'est comme si on demandait aujourd'hui à l'Angleterre, à l'Espagne, à l'Allemagne, à la Chine de payer les frais de l'enseignement de leur langue en France...


----- Original Message -----

To: francois.scellier@valdoise.fr
Sent: Monday, March 03, 2008 2:11 AM
Subject: URGENT - suppression du japonais au lycee de Vaureal


Monsieur le Président du Conseil général du Val d'Oise,

Je  me permets de faire un appel auprès de vous en tant que père d'une élève de japonais et président des parents d'élèves du lycée Camille Claudel de Vauréal, où l'Inspection académique vient de décider de supprimer le poste de japonais du seul lycée du Val d'Oise où cet enseignement existe. Après la suppression des enseignements de japonais LV2 au collège puis au lycée, c'est maintenant la LV3 qui est fragilisée avec la suppression du poste de professeur de japonais et la perspective d'une prise en charge par des vacataires introuvables (et d'une remise en cause annuelle de cet enseignement).

Cette situation est incompréhensible. Le nombre de demandes d'inscription en option japonais augmente d'année en année, un LEA anglais-japonais est créé à l'université Cergy-Pontoise avec votre appui, et l'inspection commence par supprimer cet enseignement au collège puis au lycée, alors que contre la volonté de l'inspection académique il reste encore 70 élèves de japonais au lycée et que 60 demandes supplémentaires ont été refusées cette année.

Nous avons besoin d'un appui d'urgence pour que la décision de suppression de poste, contraire aux intérêts de tous, soit annulée et que cet enseignement soit pérennisé en synergie entre les collèges, le lycée de Vauréal, l'université et le bassin des entreprises françaises et japonaises, en Val d'Oise comme au Japon.

Vous remerciant à l'avance de votre aide.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de mes sentiments distingués et dévoués.

Charles de Lespinay

 

Pièces jointes : courrier à l'inspecteur - chargé de mission pour le japonais ; courrier aux parents (et en fichier attaché) ; dossier venant en appui de ces courriers (en fichier attaché).

Commenter cet article